-scope -> regard

par jean-marc juin

De la bouche est sortie
une enveloppe de sons
entremêlés de souffles,
de frottements,
d'explosions 
lesquels,
lorsqu'on y prête attention,
se transforment
en fines séquences segmentées
par des silences,
entrechoquées
par des variations de hauteur,
donnant au rythme sa respiration,
accordées entre elles comme un chemin
qui indiquerait
une route à prendre
ressemblant à une distinction.

Toutes ces séquences prennent
de multiples formes combinées
selon une logique,
une organisation 
qui semble lui être externe.

Externe,
cette organisation logique
se retrouve dans chaque bouche
et est donc impersonnelle ; 

elle n'appartient à aucune bouche en propre.

Trouver l'organisation de ces sons
est simple 
beaucoup plus complexe est de trouver
l'organisation des autres sons
fabriqués dans les multiples milieux du système vivant, 
ils doivent dire quelque chose,
raconter une histoire. 

Une histoire du plaisir d'entendre et 
de partager des sons
en révélant ce qu'ils sont en eux-mêmes.

Quand un son raconte quelque de lui-même, 
sans respiration, 
ni frottement,
ni explosion ou vibration 
il ne possède aucune 
distinction,
direction,
histoire. 

Il n'est pas un chemin.
il est simplement lui-même. 

Il reste dans un même endroit, 
une place sans lieu, 
inatteignable 
où rien n'existe d'autre
que le concept et la réalité physique 
de lui-même 
lesquels sont sa puissance et sa beauté. 

2010/2016